Archives de la catégorie ‘Critique BD numérique

Lucky Luke versus George W. Bush

samedi, janvier 23rd, 2010

Levez la main tous ceux d’entre vous qui n’aiment pas Lucky Luck. Et maintenant, ceux qui n’aiment pas la politique. Vous êtes plus nombreux. Et maintenant ceux qui n’aiment pas Georges W. Bush. Ooooooh! Impressionnant. Pratiquement personne ne l’aime et je partage votre dédain. Les auteurs de L’homme de Washington ne se gênent pas pour lui donner le mauvais rôle dans cette bande dessinée. J’ironiserais en vous affirmant que je ne comprends pas pourquoi.

J’ai acheté cette bande dessinée sous forme d’application pour mon iPhone. Elle se lit sur une plateforme développée par Anuman Interactive se nommant BD Touch. Vous pouvez lire mon billet intitulé Des bandes dessinées dématérialisées sur iPhone si ce n’est pas déjà fait pour avoir un aperçu de son fonctionnement; ou plutôt de son malfonctionnement. Cette application est en effet très peu agréable à utiliser.

C’est ma première expérience de lecture d’une bande dessinée sur un petit écran de moins de trois pouces de diagonale. Les cases défilent les unes après les autres. La dynamique est différente, mais on s’y fait. Et dès que les petits irritants de la configuration de BD Touch sont passés, le plaisir de lire un bon Lucky Luke s’installe.

L’histoire, sans faire évoluer le genre, est aussi bien construite que les albums précédents. Il faut dire que toutes les limites de ce type d’albums ont été explorées et qu’il est difficile de réinventer la roue. Cette fois-ci, nous y retrouvons notre vaillant cowboy solitaire prêt à servir sa patrie pour y apporter un peu d’ordre. Ce sont les hommes politiques de Washington qui ne lui demandent rien de moins que de sauver la démocratie de l’infâme politicien véreux Perry Camby, la caricature de Bush qui veut voler l’élection présidentielle et engage un tueur à gages pour éliminer son principal adversaire démocrate.

Le récit est rempli des références à la politique et à la culture américaine actuelles. Toutes ces petites apparitions représentant plusieurs personnalités people nous gardent dans l’histoire à la recherche du suivant. Cette technique d’introduction de personnages contemporains dans une histoire se déroulant dans le passé pour créer des situations cocasses est toujours très efficace lorsqu’il est maitrisé.

Les grands absents de cet album sont Rantanplan et les frères Dalton. Ce petit chien maladroit pouvait à lui seul faire tenir la sauce d’un album par ses commentaires absurdes. Pour ce qui est des Dalton, nous pouvons comprendre qu’il était plutôt difficile de les insérer dans cette histoire. Ce sera pour le prochain album peut-être.

Je dois souligner le travail d’illustration de Achdé. Fort de ses trois albums du Lonesome Cowboy dessinés pour Lucky Comic, il a su s’approprier les traits qui caractérisaient ce légendaire personnage. Contrairement à son album des Canayens de Montroyal les cases sont pleines de détails et de style. J’ai toujours aimé ces cases où tout est de la même couleur; particulièrement les rouges flamboyantes.

Je ne lirais pas plusieurs albums de suite, mais l’espace d’un moment je me suis permis d’être bon public et de renouer avec les plaisirs de mon enfance; version iPhone. Je ne le regrette pas un instant. C’est un achat pour les amateurs.

I’m a poor lonesome blogueur…

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

Publicités