Archives de la catégorie ‘Chronique BD

23e Festival de la bande dessinée francophone de Québec, une programmation bien étoffée.

mardi, mars 30th, 2010

Pour les néophytes, l’existence d’un festival de la bande dessinée au Québec est une ineptie. Pourtant, il existe bien un festival de la bande dessinée et non seulement il se déroule au Québec, mais à Québec. Ils en sont à leur vingt-troisième édition. C’est du 7 au 11 avril 2010.

Le festival s’étend dans toute la ville sur sept différents sites où s’y déploiera la programmation. Cette dernière est impressionnante avec ses expositions, ses rencontres avec des artistes à l’oeuvre, ses tables rondes, ses animations, ses lancements, sa classe de maître et j’en passe. Il est intéressant à noter que des projections de dessins animés touchants de près ou de loin prêts au domaine seront présentées au Musée de la civilisation dans le cadre de l’activité Case Écran.

Lien de l’événement Facebook.

Pour plus de détails sur la programmation du FBDFQ.

Pour célébrer la bande dessinée, L’OFFiciel se joint à la programmation du festival pour la quatrième année et vous offre un mini-salon parallèle. La plus intéressante activités est sans doute le concert dessiné qui présentera les auteurs Francis Desharnais (Québec) et Vincent Perriot (Bordeaux) qui créeront des oeuvres en direct, et seront accompagnés par les improvisations musicales de Frédéric Lebrasseur et ses complices.

Lien de l’événement facebook.

C’est un rendez-vous incontournable. Apportez vos portefeuilles, car je suis certain que nous pourrons y découvrir de nombreux albums susceptibles de nous séduire.

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

Publicités

d’heure en heure … La démonstration que la bande dessinée au Québec est en santé

samedi, mars 13th, 2010

Les activités entourant la bande dessinée au Québec sont plus fréquentes que l’on ne pourrait le croire. Le party de financement des 48 heures de la BD de Montréal et les rencontres d’artistes du Drink & Draw social club de Québec (lien Facebook) ne représentent qu’un petit échantillon de tout ce qui se fait. Je constate que les initiatives sont souvent prises par de jeunes artistes de la relève. Je ne peux que leur lever mon chapeau. Ils créent un climat propice à la création et éventuellement à l’émergence des nouveaux artisans de l’illustration.

C’est samedi le 20 mars prochain que se déroulera la première édition de la journée Bd d’heure en heure. Le concept est bien simple. Pour chaque heure, et ce, du réveil jusqu’au moment du coucher, chaque participant doit produire un strip de quelques cases relatant ce qu’il a fait dans l’heure précédente!

Le lendemain, soit le dimanche 21 mars, les participants numériseront et mettront leurs planches en ligne sur un forum où toutes les bandes dessinées seront publiées. Les internautes pourront prendre connaissance des œuvres en se rendant sur le site  http://jourbdheure.forumparfait.com/.

Inspirée du Hourly Comic Day présent aux États-Unis depuis quelques années et popularisé par John Campbell (www.hourlycomic.com), cette journée est une occasion pour les amoureux de la bande dessinée, professionnels comme amateurs, de partager leur passion pour le 9e art par le biais d’un défi stimulant.

Soulignons que c’est à Kaylynne Johnson, enseignante au primaire et auteure d’un blog bande dessinée, que l’on doit l’avènement de la journée BD d’heure en heure en territoire francophone. Bravo pour cette excellente initiative.

Pour plus d’informations ou pour vous inscrire, veuillez communiquer avec Kaylynne Johnson par l’entremise du site http://jourBD.canalblog.com . Soyez nombreux à participer!

Emre Orhun nous prépare un album pour l’automne.

jeudi, mars 4th, 2010

J’ai su en début de semaine qu’Emre Orhun en collaboration avec Cédric Rassat publiera sa première bande dessinée chez Glénat cet automne. Je l’ai découvert dans le collectif le petit illustré. Je vous en avais très brièvement parlé dans mon billet du mois de janvier. C’est un artiste complètement éclaté au coup de crayon sublime. Son esthétique glauque est d’un genre réellement unique. Je vous laisse pénétrer dans son univers et constater par vous-même son grand talent. Dès que j’ai l’album en main, je vous en reparle. Son site.

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

Un monde de bulles, un rendez-vous hebdomadaire à ne pas manquer.

mardi, mars 2nd, 2010

Je regarde depuis quelque temps une émission française consacrée à la bande dessinée. Diffusée en premier lieu sur la chaîne Public Sénat, elle est rediffusée dans internet. Jean-Philippe Lefèvre nous y présente chaque semaine des entrevues consacrées à des auteurs connus et moins connus de la bande dessinée européenne. Cette vidéo est très enrichissante et nous permet de mettre un visage sur les auteurs que nous aimons. Je rêve d’une émission semblable consacrée à nous artisans québécois.

Il est intéressant d’entendre les auteurs y parler de leurs créations, d’où leur inspiration est venue, de leurs collaborations avec des scénaristes et de bien d’autres sujets. Ils nous font entrer dans leur monde d’imaginaire et de création. À noter que la réalisation et l’animation sont très réussies. C’est une émission de haute qualité. Trente minutes de plaisir assurées chaque semaine.

Site de rediffusion : Un monde de bulles

Site internet (très laid) : Un monde de bulles

Groupe Facebook : Facebook d’Un monde de bulles

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

Party de financement du journal des 48 heures de la BD de Montréal

dimanche, février 21st, 2010

Le milieu de la bande dessinée n’est peut-être pas très grand au Québec, mais il est actif. Les 48 heures de la Bd de Montréal organise un party pour boucler son budget 2009. Il y aura des Djs, de l’art et de l’alcool. Tout sera présent pour se faire un plaisir fou. Soyez présent en grand nombre.

Qui sont-ils?

L’organisme sans but lucratif ARTfaBULLE est né à Montréal, dans l’élan suscité par l’émission de radio Dans ta bulle !, diffusée sur CHOQ.FM depuis le printemps 2007, et animée par Julie Delporte et Christophe Magnette.

L’auteure Zviane (Sylvie-Anne Ménard) a rapidement rejoint les rangs et l’association ARTfaBULLE s’est officiellement créée en décembre 2007. Se sont rajoutés depuis Vincent GiardDelphine Bergeron et Lise Rebout.

Le mandat général d’ARTfaBULLE est de promouvoir la nouvelle bande dessinée et de favoriser les échanges entre les auteurs québécois, les auteurs du reste du Canada et les auteurs étrangers.

C’est quand?

C’est le 13 mars dès 20 h au 5555 rue de Gaspé, local 117 à Montréal. L’entrée est gratuite et vous recevez un journal des 48 heures de la BD de Montréal en plus. Tous les profits de la vente d’alcool serviront au financement des 48 heures de la BD de Montréal.

Confirmer votre présence sur leur page événement dans Facebook.

Visitez leur site pour en connaître d’avantage sur eux.


[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

Mise à jour de L’ostie d’chat!

mardi, février 16th, 2010

J’adore ce blogue. C’est pourquoi je vous relaie l’information à chaque mise à jour de leur travail.

Pour la dernière mise à jour du blogue L’ostie d’chat

=====>>   cliquez ici!!   <<=====

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

iPhone en BD! Trois suggestions d’application.

jeudi, février 4th, 2010

Certains le savent déjà, je possède, comme cinquante-huit millions de personnes sur la planète, un iPhone. J’y ai trouvé pour vous quelques applications qui pourraient intéresser les bédéphiles.

Ma première suggestion est un tantinet en retard, mais je vous la fais tout de même, car elle est riche en contenu. Il s’agit de l’application Angoulême 2010. Elle présente les cinquante-huit finalistes de cette année. Vous pouvez télécharger dans votre appareil les premières pages de tous ces albums. Très intéressant pour faire une présélection de vos achats. Vous pouviez également voter pour l’album que vous préfériez, mais le prix a déjà été remis. Je serai plus ponctuel l’an prochain pour vous communiquer l’information.

Ma deuxième suggestion est une bande dessinée offerte gratuitement par BDTouch. Ce n’est évidemment pas par pur altruisme qu’ils le font, mais pour stimuler la vente des tomes suivants. C’est un procédé commercial très honnête. C’est Aldebaran, tome un du premier cycle de la série comprenant jusqu’à maintenant onze albums. C’est l’histoire d’humains fondant une colonie sur une autre planète ressemblante à la Terre. Il s’y passe d’étranges choses dans ce monde qu’ils croyaient connaître. J’ai commencé à la lire et je la trouve plutôt intéressante. Je vous en ferai peut-être une critique prochainement même si la première édition date de 1990.

La dernière suggestion de cette chronique est l’application Canal BD. Elle nous offre une boutique en ligne, une rubrique actualités, les meilleurs vendeurs de la semaine, les nouveautés en librairie et en format numérique et un reader électronique pour leurs bandes dessinées qui est simple et efficace. C’est intéressant d’y fouiller et de la consulter régulièrement.

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

L’arrivée du iPad de Apple chamboulera le monde de la BD!!

mercredi, janvier 27th, 2010

Lorsque Apple s’intéresse à un marché, c’est qu’il y a de l’argent à faire. Du fait, le reste de l’industrie suit. Les nouveaux gadgets tendance pour 2010 sont les tablettes électroniques; ordinateur portable sans clavier possédant un écran tactile. Hybride entre le smartphone, un ordinateur portable et un livre électronique, c’est le premier vrai appareil électronique portable qui permettra de lire de la bande dessinée sur un grand écran en couleur. Ajoutez à cela un des magasins (iTunes Store) en ligne le plus efficace et lucratif de la planète pour obtenir un potentiel de popularisation d’un nouveau mode de lecture presque infini.

Fort de son expérience avec le iPhone qui est en soi une petite tablette électronique, la nouvelle tablette de Apple, le iPad, est encore plus révolutionnaire. Possédant un écran de plus de dix pouces en haute définition, elle permettra d’accéder à internet via les réseaux de téléphonie 3G. C’est le produit technologique que tout le monde attendait. Presque tout ce qui était reproché au livre électronique et aux smartphones aura été corrigé. C’est le premier vrai livre électronique sur lequel vous pourrez lire journaux, magazines, livres et BD et le tout en couleur. Et c’est aussi un ordinateur soit dit en passant.

Les vrais collectionneurs de BD ne sont sans doute pas prêts à convertir leur bibliothèque en format numérique. Mais les nouvelles générations ne veulent rien savoir de l’encombrement et ont un attachement plutôt temporaire et très changeant face aux objets. Et ce qu’ils exigent de ceux-ci, c’est de pouvoir les avoir constamment à portée de la main, ce que n’offre évidemment pas une bibliothèque, mais beaucoup mieux une tablette électronique. La transition sera longue entre aujourd’hui et le moment où les albums papiers ne seront plus que des produits dérivés; un peu comme ce que l’industrie du disque fait lorsqu’elle réédite en version vinyle certains grands classiques. Mais ce changement aura bel et bien lieu qu’on le veuille ou pas. Les plus conservateurs nous diront que le livre ne disparaîtra jamais. Je suis tout à fait en accord avec eux. Il ne disparaîtra jamais. Mais le livre se transposera vers les supports numériques.

Un des défis majeurs auquel font face les éditeurs avec l’arrivée de ce changement technologique est de développer un modèle d’affaires qui tiendra compte des nouveaux paradigmes du marché. Ils devront permettre à tout le monde d’avoir les moyens de se payer des albums pour ainsi rendre le piratage beaucoup moins intéressant. Pour ceux qui l’ignoraient, il existe déjà. Des bandes dessinées numérisées frauduleusement circulent sur les réseaux de partage de fichier. La solution la plus plausible à mes yeux pour diminuer radicalement les coûts de production est de modifier la chaîne traditionnelle du livre et éliminer certains intervenants. Ainsi, il ne pourra rester que l’éditeur, le détaillant et l’auteur pour se distribuer les revenus. Nous éliminerons de la chaîne, les imprimeurs et les distributeurs; autrement dit toutes les infrastructures qui servent à la fabrication et à la manipulation des livres physiques. Les librairies se déplaceront vers le web et finiront pratiquement par disparaître. Seules les boutiques du collectionneur demeureront pour offrir les rares éditions papier.

Le grand avantage que je constate avec cette transition vers le format numérique, est qu’il permettra, comme il l’a fait pour la musique, aux bédéistes indépendants de produire des albums de qualités à des coûts pratiquement nuls et de pouvoir compétitionner avec les grands de l’édition. Attendez-vous à une avalanche de nouveaux créateurs dans les prochaines années. Déjà, nous en découvrons chaque semaine sur le web en format blogue et la révolution numérique n’est qu’à ses tout débuts. J’adore.

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

SAFARIR recherche des bédéistes

dimanche, janvier 24th, 2010

J’ai reçu dernièrement une mise à jour de la page Facebook du magazine Safarir. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une publication québécoise qui ressemble beaucoup à Fluide Glacial. Je regarde rarement leur page, car elle est peu dynamique. Elle n’est pas très populaire non plus et ne comporte que 55 membres. Ça manque de sérieux pour un magazine qui vient de faire paraître sa deux-cent-quarante et unième publication. Ce n’est pas un très bon signe lorsque ton public cible se situe dans la tranche d’âge des gens qui fréquentent le plus les réseaux sociaux et qu’il n’est pas présent sur ta page. Ça en dit long sur la perception des nouveaux médias par la direction et nous laisse deviner l’âge de celui qui s’occupe de la promotion. Je ne suis pas connu du tout et j’ai réussi à réunir plus de deux-cents membres sur la page Facebook de mon blogue en deux jours seulement. Je les comprends donc de se chercher une nouvelle image. C’est pourquoi j’y participe.

Safarir nous demande notre opinion pour la suite des choses. Est-ce que nous préférons un magazine qui est tout en BD ou comme avant? Pour la première fois au Québec, nous avons la chance d’avoir notre premier vrai magazine consacré à cent pour cent à la bande dessinée. Il pourrait rapidement devenir un outil important de promotion pour les bédéistes québécois. N’hésitez pas à aller donner votre opinion que je souhaite en faveur de la BD. Avouez que des gags qui ont le format d’un roman-photo ne sont plus tellement d’actualité.

Répondre au sondage SAFARIR =====>>>  Sondage

Ils recherchent des bédéistes

J’ai fouillé rapidement leur site web. J’ai découvert qu’il recherchait des bédéistes humoristiques pour compléter leur équipe. Je connais plusieurs artistes qui maitrisent assez leur art pour surpasser ce qui se publie dans le Safarir. Alors vite, soumettez vos projets. Je veux vous voir dans les prochains numéros. Le niveau de qualité sera sans doute rehaussé.

Pour soumettre un projet à SAFARIR =====>>> Soumettre un projet

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]

L’avenir de la bande dessinée en… numérique?

vendredi, janvier 15th, 2010

2010 sera, selon les analystes, l’année charnière qui fera basculer le monde littéraire vers le livre numérique. Ils ont souvent annoncé la mort du livre papier, mais cette fois-ci semble la bonne. Du moins la bonne pour l’adoption du livre numérique par les lecteurs. Tous les intervenants s’entendent maintenant pour dire qu’il n’y aura pas de mort proprement dire du livre papier, mais plutôt une évolution de cette industrie vers des petits tirages et des produits complémentaires. Pour le moment ce qui nous est offert comme lecteur « Reader » est plutôt limité, mais avec l’arrivée des tablettes électroniques tout devrait s’accélérer. Je vous invite à visionner ce petit vidéo pour avoir un aperçu des possibilités de ces nouveaux supports électroniques. Ici, on nous présente ce que pourraient être les magazines dans un avenir très rapproché. J’imagine très bien une bande dessinée sur cet eMagazine. C’est en langue anglaise, mais nous pouvons facilement comprendre de ce qu’il est question.

[Liste de toutes les critiques de ce blogue] [Liste de toutes les chroniques de ce blogue]